Depuis 2004, SUPER APES, label nantais artisanal et productif, propose d'éclectiques expériences auditives gravées sur différents supports plastiques (CD, vinyles, k7, disquettes...), également disponibles numériquement par le biais des technologies modernes via notre page Bandcamp.

Au programme : Jorge Bernstein & the pioupioufuckers, Arnaud Le Gouëfflec, Vania de Bie-Vernet, Butcher & Szyslak, Serpent, Donkey Saplot, Plaisir Coupable, Moli, Rapid Douglas, Peter Woodwind, Christian Rock Fièvre, The Odd Bods, Bachbullbyrd, Glossop, Poppy No Good, Kaléidoson, monsieur free, Cheaptracks, The Planet Of The Super Apes...


mercredi 14 mai 2014

Death Road 2099 chroniqué dans ÀDA


Dans le désert des Mojaves, au Nord-Est de Los Angeles. 21 jours d’une longue course poursuite...Impossible à l’écoute de Death Road 2099 de ne pas penser à Duel, à la musique de Billy Goldenberg... Mais l’évocation est très vite dépassée par l’ampleur phénoménale de cette bande sonore imaginaire. À la façon de The Avalanches et de son Since I Left You, construite avec des samples, et uniquement des samples. De Bernard Herrmann, compositeur de la partition de Taxi Driver à Joy Division... De musique noise au heavy métal. Et tellement d’autres.
Pour un cataclysme angoissant, mais enivrant. Un vertige en forme d’apothéose, de travail d’orfèvres, de chirurgiens. Une orgie musicale, de cavalcade plein régime. Plein volume qui dérouille, déroule, déraille...Où les fragments s’entrechoquent, se suivent, se mêlent. Émergent ainsi 13 pièces hors du temps, ou étrangement anachroniques, parfois teintées d’une furieuse énergie électronique.
Des nappes de cordes, des cuivres, des riffs sanglants, des envolées épiques, des voix fantomatiques...Cette fausse bande son plonge à corps perdu dans l’inconscient cinématographique. Ou quand la musique devient l’acteur principal, qu’elle passe devant les images, générant sa propre course. Qu’elle se suffit alors à elle-même, centre d’attraction... Machine à rêve, à faire peur, à précipiter dans le vide, à s’oublier dans son décor.

Yan Kouton

=> Lien vers cette page sur le webzine À Découvrir Absolument


Aucun commentaire: