Depuis 2004, SUPER APES, label nantais artisanal et productif, propose d'éclectiques expériences auditives gravées sur différents supports plastiques (CD, vinyles, k7, disquettes...), également disponibles numériquement par le biais des technologies modernes via notre page Bandcamp.

Au programme : Jorge Bernstein & the pioupioufuckers, Arnaud Le Gouëfflec, Vania de Bie-Vernet, Butcher & Szyslak, Serpent, Donkey Saplot, Plaisir Coupable, Moli, Rapid Douglas, Peter Woodwind, Christian Rock Fièvre, The Odd Bods, Bachbullbyrd, Glossop, Poppy No Good, Kaléidoson, monsieur free, Cheaptracks, The Planet Of The Super Apes...


mercredi 19 juillet 2017

Fresh Start et 50 sur Indiepoprock

http://www.indiepoprock.fr/OnAAussiEcoute/vania-de-bie-vernet-fresh-start/

Vania De Bie Vernet, musicien aussi prolifique que discret, a peu à peu érigé un véritable univers, dans lequel se déploie presque à l’infini une musique aux identités multiples, au sens propre et figuré.

Fresh Start semble résoudre l’équation souvent impossible d’une musique de club propulsée dans un monde cérébral et complexe. Avec ce disque Vania De Bie Vernet n’a jamais été aussi proche du génie et de l’exigence d’Autechre. D’ailleurs, il y a entre le parisien et la formation de Sheffield plus d’une affinité. L’élégance absolue qu’ils savent impulser aux machines, elles en deviennent vivantes, on pourrait presque les sentir respirer. La puissance viscérale, pour ne pas écrire vitale, qu’ils impriment à leurs morceaux, une puissance délicate, comme une dentelle de béton.

Vania De Bie Vernet, qui est multi-instrumentiste, parsème son electronica parfaite de sons organiques qui renforcent la dimension humaine de sa musique-machine.




A noter que le label abritant les travaux de Vania de Bie Vernet sort pour fêter sa 50ème référence, une magnifique compilation. 15 titres qui explorent l’incroyable richesse de Super Apes Label. Une maison absolument incontournable pour qui veut se donner la peine de découvrir des musiques aventureuses et éclectiques.




Cette chronique est signée par l'indispensable Yan Kouton.
=> Lien vers cette page

Aucun commentaire: